Quand l’inspiration fait défaut…

100_0498-0011.jpgJe sens que ma plume rechigne à l’idée d’alimenter ce blog de façon régulière.

C’est qu’elle est rétive, la garce !

Bon.

Toute frustration mise à part, je reconnais qu’elle mérite que je sois plus tendre avec elle: mieux vaut la dorloter pour qu’elle se décide à s’extraire de sa cachette. Cela dit, à l’heure qu’il est, j’ignore encore dans quel recoin de mon être – intellectuel, émotionnel, physique, voire spirituel -, elle a choisi de se planquer. L’endroit où l’encre s’est asséché. J’ai bien essayé de sonder la machine, mais elle se refuse à tout commentaire.

Je cherche en vain comment appâter l’écriture.

J’imagine comment je pourrais l’aider, à défaut de parvenir à lui en toucher mot de visu.

Ô chère plume d’oie, douce sylphide longiligne, consens-tu à t’allonger sur le divan d’un analyste jungien – oui, plutôt jungien – pour évoquer tes tourments ?

Je t’offre une séance qui te permettra de confier en détail ton angoisse de la page blanche. Ou peut-être préfères-tu plonger dans la chaleur enveloppante d’un jacuzzi ? Par les délices de leurs massages, des bulles d’encre noir aideront ta soie à se détendre et redonneront à ta tige sa souplesse initiale. Avoue que c’est tentant !

Pas de réponse.

D’un haussement d’épaules et sur un ton décidé, je lance dans le vide : « tant pis pour toi, tu ne sais pas ce que tu perds ! »

Cher stylo de mon enfance,

Je n’ai plus de tes nouvelles depuis longtemps déjà…Tu as dû t’épuiser à force de journées passées à noircir tous ces cahiers. Je crains que tu ne puisses plus m’aider.

Le bic Bic, le bic de chez Bic. Le bic de « t’as pas un bic ? ». Coquin qui traîne au fond de mon sac, dont je perds le capuchon, que j’égare une fois sur deux. Pffff, le blog, c’est pas ton truc, je le sens, toi tu préfères le bloc. Le bloc-notes.

– Eh oh ! Y a-t-il un crayon dans la salle ? C’est pour auteure en panne de texte !

– Moi, j’en suis un, m’dame, mais votre offre dépasse mes compétences : ma mission se résume à souligner les caractères imprimés qui ornent les pages d’un livre, voire à les annoter; le reste n’est pas de mon ressort !

Sympa…Il se défile, le bougre. Je sens que je vais me payer les services d’un nègre. Comment ça, je ne suis pas assez célèbre ?

Sourire. Je devine le vôtre.

Mais…Qu’entends-je ? Qu’ouïs-je ?

Quel est ce doux ronronnement, ce souffle si rassurant ?

« Ôde à l’ordi ».

C’est pas mal comme titre, je pourrais en faire un poème, qu’en pensez-vous ?

Cher ordi, cher animal de compagnie du 21ème siècle, ne me laisse pas tomber. Tu es mon utlime espoir, la clef de l’énigme. J’observe les touches inertes de ton clavier me lancer, malgré elles, des appels en lettres majuscules: AZERTY, AZERTY, AZERTY…

Vu comme ça, la bête ne m’inspire qu’une relative confiance. Elle me paraît tout d’un coup très froide, cette succession de carrés noirs bien ordonnés. J’en frissonne. Je me demande si je ne vais pas te faire une infidélité. Envie d’aller voir ailleurs. J’ai craqué pour le Mac, tout de blanc vêtu. Il est si élégaaaant ! Déclare-t-elle, avec un air d’adolescente enamourée. Il est beauuuuuuuu !

Te ferais bien cocu, mon PC.

Quoi ??? Me regardez pas avec ces yeux-là ! Après tout, j’suis humaine, un coup de canif dans le contrat, personne n’en est à l’abri, non ? Oh, ça va, je ne suis pas encore passée à l’acte.

En me relisant et pour éviter toute ambiguité, je tiens à préciser que je ne suis ni zoophile, ni fétichiste. Au cas où vous douteriez.

Dites, c’est fatigant, cette « recherche d’inspiration ». Lentement s’immisce l’impérieux besoin de me reposer les méninges. Vous me direz, si ça se trouve, elle s’est infiltrée en moi à l’insu de mon plein gré, l’inspiration. Peut-être même qu’elle se régale derrière mon dos. Coquine, va. Allez, je te pardonne, c’est pour la bonne cause.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s