Le désir de créer (les mots manquent d’oxygène).

Les mots manquent, ils me manquent, et pourtant subsiste le désir de créer.

Il provient des tréfonds, des tripes, d’un endroit où les mots n’existent pas, justement.

Il est fertile, il est vivant, il s’infiltre, malgré tout, malgré moi. 2014-03-14-2496

Il reste à l’état brut, il ne se transforme pas.

Les mots ne trouvent pas le chemin vers ma bouche pour qu’elle les expulse. Ils ne coulent plus guère dans mon sang pour ressortir par l’extrémité de mes doigts, qui raconteraient une histoire, feraient vivre des personnages, tisseraient la trame d’un roman.

Non. Les mots restent calés quelque part, je ne sais où, impalpables.

Et pourtant en moi, subsiste le désir de créer.

Les mots manquent, ils me manquent.

Et mon doigt vient de trébucher sur les « mots ». La lettre « r », s’est immiscée entre eux et j’ai vu s’écrire à l’écran, un autre mot que « mots », qui soudain s’est changé en « morts ». Les mots sont morts ? Je ne le crois pas.

Peut-être que là-haut, haut perchés dans mon cerveau,  ils se trouvent relégués dans un coin, comprimés, les uns sur les autres, ils étouffent, enveloppés d’un tissu noir, bien opaque, recouverts d’un filet de pêche, bien serré.

Si peu oxygénés, péniblement ils halètent, en état de survie, dans l’attente d’une délivrance.

Ils sont là, et je les juge obsolètes, sans intérêt, inutiles.  Ma bouche reste fermée, mes lèvres serrées.

En moi, pourtant, au-delà du désir de plaire, subsiste le désir de créer.

C’est ce désir-là, et non le premier, qui me fait exister.

Pourtant, que je ne m’y trompe pas, que jamais je ne me leurre, les mots ont envie d’être aimés.

C’est humain, n’est-ce pas ?

Comme moi, ils ont besoin, sans cesse, d’être rassurés sur leur valeur, alors que je devrais puiser dans mes ressources pour être à même de les apaiser.

Est-ce que leur oxygène se nourrit d’amour ?

 
Publicités

Une réflexion sur “Le désir de créer (les mots manquent d’oxygène).

  1. Etre sans mots.. ne pas trouver les mots… les maux qui ne se laissent pas capturer par les mots. On connait tous ça… Et puis on regarde la douleur au lieu de la sentir, et on peut la décrire …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s