Quand l’énergie est là…

Il y a des jours où l’énergie est présente, facile, à portée de main, sans que tu saches vraiment pourquoi (ou bien est-ce le soleil ?). J’adore ces moments-là. Des plombes que je n’avais pas été courir. Ce matin, réveillée naturellement peu avant 6h30, lumière vive, il va faire beau, « tiens j’irais bien courir », ça semble couler de source, le corps se met en mouvement sans efforts. Hop levée, vite habillée, en tenue de combat, bien boire avant, ça y est, sortie.

De l’air.

Un bonheur de déambuler à son aise (mon rythme est lent, petites foulées, enjambées moyennes) dans un parc désert, sentir ses pieds s’enfoncer au sol, le soleil chauffer le visage et la douce fraîcheur de la matinée qui s’éveille. Passer aux abords des parterres de jonquilles et humer leur odeur fleurie. Retour à l’appart: 9h. Les deux photos sont prises après 11h. Je cours sans portable, of course.

Ceci compense les jours où les réveils sont plombés par ce poids qui m’encombre le thorax et rend certaines choses du quotidien aussi difficiles que de gravir une montagne un sac-à-dos de 15 kgs sur les épaules. L’énergie est lourde à porter, j’en tiens compte, tente de l’accepter, adapte mon rythme. Et c’est pourquoi me sont toujours insupportables les conseils de bonnes âmes qui se croient bienveillantes et font pire que bien à vous dire « fais ci, fais ça », alors que, eh bien non, ça ne marche pas de cette façon, je ne suis pas un automate, quand l’énergie s’est barrée, rien n’est aussi simple. Je m’écoute et quand l’énergie revient (ça s’en va et ça revient, chantait l’autre), j’en profite, je la dépense et ce faisant, je capitalise du bonheur. J’ignore si c’est clair, mais je me comprends. Bon dimanche…

 

Publicités