Deuxième roman…

 Un Espace s’est ouvert en Léa
Léa, trente-cinq ans, amène lecteurs et lectrices à la suivre dans une aventure qui l’emmène de Bruxelles à Paris, en passant par l’Inde et la Bretagne. Léa, coordinatrice scientifique, nous emmène aussi dans son aventure intérieure, nous fait découvrir sa sensualité, parle de ses désirs, ses fêlures, ses projets et son envie de vivre, à travers sa volonté de résister à l’industrie pharmaceutique qui l’emploie. Ce travail de résistance, elle ne l’entreprend pas seule. Deux femmes, Léa et Cléo, se battent pour que les labos et la recherche médicale accordent une place plus juste à la santé de toutes les femmes, nous plongeant dans le déroulement des études cliniques, étape cruciale du développement d’un médicament. Comment vont-elles mener leur combat ? Qu’en adviendra-t-il ? Leurs doutes et leurs réussites s’égrènent au fil des pages.
A la rigueur et la rationalité scientifiques, à la lourdeur du cadre professionnel, s’opposent la sensibilité de Léa, et sa sensualité pleine de subtilités et d’intelligence. Un Espace s’est ouvert en Léa explore en parallèle son rapport au monde, au corps, aux hommes, et à l’entreprise.
 Des avis:
« J’ai vraiment accroché avec l’histoire, à la fois l’intrigue des deux nanas et de leur projet, et la relation Léa-Bruno. Je trouve vraiment nouveau et beau qu’il y ait de l’attention sur le plaisir féminin, le ressenti féminin par rapport au désir, et aussi casser le côté romantique des femmes. En même temps, c’était impressionnant pour moi de voir une femme qui laisse parler ses désirs sexuels, tout en ayant vécu un traumatisme. Pour les femmes lectrices, le livre peut apporter beaucoup je trouve. » P.
« Il y a vraiment un ton. » Emmanuel Dazin (en charge de la littérature aux Editions Autrement)

2 réflexions sur “Deuxième roman…

  1. Alors donc le voici, ce second! Quoi! Tu casses le romantisme féminin alors que tu chabadabadate sur FB ce matin? 🙂 Mais il est vrai que les femmes sont bien moins romantiques qu’on ne le dit. Quand au plaisir féminin, personnellement moi je n’arrive pas à en parler (si, avec mes amies, pas de problème, mais en parler à « mes chers lecteurs »… ).

    1. Oui mon attrait pour le romantisme est tout beau, tout neuf. ^^ Bien que ce roman n’en soit pas totalement dépourvu…
      Je voulais en effet explorer entre autres, le thème du plaisir féminin, c’est encore tabou…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s